REVIEWS

Photo by N.Diamanti

Aristée au timbre généreux, Giuseppina Bridelli livre elle aussi une superbe composition, riche en monologues véhéments et avec une mémorable scène de folie.
L. Bury, forumopera.com

 

Aristée de grande classe, Giuseppina Bridelli plonge dans la folie amoureuse avec le désespoir subtil et tendre de celui qui sait sa perte certaine.
D. Verdier altamusica.com

 

Giuseppina Bridelli ha dato ottimo rilievo vocale e scenico alla sua parte, con una interpretazione scoppiettante, anche nei due travestimenti del Dottore e del Notaio. Ha impersonato un Despina maliziosa e dai risvolti comicamente hard, civettando con tutti i maschi in scena e in particolare con un muscolosissimo giovanotto baffuto in tenuta balneare; ha esibito un canto corretto e sicuro.
gbopera.it

 

"Nous avons gardé pour la fin de cette présentation la mezzo-soprano Giuseppina Bridelli, dont l’interprétation de Sesto est éblouissante. Ménageant habilement une progression dans le jeu, tout d’abord relativement effacée, puis révélant sa passion dans le duettino « Deh prendi un dolce amplesso » , le personnage ne cesse de prendre de la profondeur et de l’intensité, dans le chant comme dans le jeu scénique, avec des sommets comme le rondo « Deh per questo istante solo », exprimant toute la profondeur du désespoir mais aussi l’exaltation de l’amour et de l’amitié. "
F. Malkani forumopera.com

 

"Giuseppina Bridelli was at her ease as Amore; hers was a shining interpretation, finely sung sung and superbly acted."
L. Fioroni backtrack.com

 

La servetta Despina, realizzata in modo irresistibile da Giuseppina Bridelli, forse la più completa interprete di questo personaggio oggi disponibile. Ne fa tesoro la regia di Daniele Abbado, che la designa vera protagonista della scena.
M. Beghelli Il resto del Carlino

 

"... Saisissant Ottavia, le mezzo Giuseppina Bridelli happe l'ecoute par des moyens vocaux superieurement maitrises, un bel evential expressif et un grand sens du theatre (sans l'appuyer jamais): on se souviendra longtemps de son Addio Roma..."
Anaclase.com, Bertrand Bolognesi

 

La Passio nous permet, entre autres, d’entendre tout à loisir Giuseppina Bridelli, mezzo-soprano à la présence imposante de gravitas — une véritable matrone de la Rome antique —, au timbre somptueux, au chant souple et coloré. Aucun effet de manche, tout dans la subtilité et la retenue.
lebabillard.com

 

Chacune des interventions de Giuseppina Bridelli est un modèle du genre : intelligence du texte et noblesse du chant, à l’aise dans tous les registres (voir « Voi non piangete », qui insère une partie véhémente entre deux strophes doloristes) et révèle toute sa richesse palette dans l’extraordinaire scène du second acte où elle commence à éprouver de troubles sentiments pour Lindoro (en réalité Doriclea déguisée en homme). Au récitatif en « stile concitato » (« Furie, voi ch’agitate ») suit un autre bouleversant lamento (« Adorato Lindoro ») à faire fondre les pierres.
calssiquenews.com

 

Add to this the highly engaging and expressive singing of Giuseppina Bridelli. she really has a sense of speaking tones and you hardly needed to refer to the translations as she moved between aria, arioso and recitative with great immediacy and vivid communication. There were two really extended pieces. First, 'Dove mi spingi, Amor' from Il palazzo incantato, a vivid free accompagnato with a fluid sense of structure which developed towards a tremendously vivid ending. And then 'Al soave spirare d'aure serene' (Lamento d'Arione) a small scale scena from the same opera which was again wonderfully fluid and vivid.
panethugill.com

 

Sur le visage de la mezzo-soprano se dessinent tour à tour les masques de l'allégresse, de la tristesse, ou encore de la moquerie. Surmontés de sourcils foncés particulièrement expressifs, ses traits du visage se tendent et se détendent comme ses cordes vocales.
Giuseppina Bridelli y arbore un vibrato épris de soubresauts et une prononciation parfaite laissant deviner le sens de son chant. Déjà, se révèlent son investissement scénique et son expressivité sans failles.
Sous les bravi enthousiastes desquels émergent quelques accents italiens, Giuseppina Bridelli revient pour deux bis, montant et descendant l'échelle des ambitus à une vitesse folle, malgré de fréquents toussotements. Sa voix retentit dans un dernier « sospiro », la chanteuse aura retiré tous ses masques.
olyrix.com

 

C’est Giuseppina Bridelli, merveilleuse voix de mezzo-soprano qui incarne la douce et courageuse Nisea, avec un engagement scénique et vocal qui rendent compte de l’humanité du personnage, dans toutes ses dimensions.
olyrix.com